La position pas si enviable des managers

 

Les managers ont beau être la clé de voûte d’une organisation, ceux sur qui l’on compte pour mettre en musique l’activité, décliner les orientations de l’entreprise et motiver les équipes, ils n’en sont pas moins collaborateurs eux-mêmes, et pas les plus sereins…


 

 

La sociodynamique des organisations positionne les managers au croisement entre l’Institution, dont ils sont le relais, et le Corps Social dont ils font partie. En tant que relais des décisions prises par leurs supérieurs hiérarchiques, ils doivent porter auprès de leurs équipes un discours auquel ils adhérent plus ou moins. Et en tant que collaborateurs avec leurs propres besoins, questions, doutes, il leur est ma foi très compliqué de s’exprimer.


Un manager qui doit rassurer ses équipes dans le cadre d’une réorganisation, aura peu d’espace pour exprimer son propre point de vue.


Et même si l’entreprise le lui offre, il aura tendance à s’autocensurer pour ne pas rajouter d’huile sur le feu, et ne pas être mal perçu par sa hiérarchie ou par les RH.

Cette autocensure évite aux managers de se poser trop de questions et leur permet de continuer à avancer dans un contexte difficile, au moins dans un premier temps. Mais elle ne les met pas dans les meilleures dispositions pour entendre le point de vue de leurs équipes : «  Qu’est-ce qu’ils viennent m’embêter avec leurs états d’âme, ne peuvent-ils faire comme tout le monde, se taire et serrer les dents ? Ce n’est pas comme si on avait le choix ! »

 

Aider les managers à prendre du recul sur leurs propres besoins et sur leurs pratiques managériales est à ce titre un bon début pour favoriser sérénité et motivation au travail. C’est donner la part belle à une population qui en a structurellement besoin et sur laquelle l’entreprise compte pour accompagner au mieux les équipes !

 

NB : les équipes RH sont dans une position tout à fait comparable…

 

En savoir plus sur notre Programme managers

 

 

 

 

 

JoomShaper