L'apprentissage du management et l'analogie avec le devenir parent

 

par Amandine Nguyen, psychologue clinicienne 

 

Le rôle de manager est devenu, en quelques décennies, l'un des piliers du leadership pour l'entreprise. Il a la responsabilité de décliner avec brio un cap et une stratégie opérationnelle tout en engageant et développant ses équipes. Pas de recette miracle néanmoins, c'est en manageant qu'on devient manager, pour reprendre une célèbre expression.

 

 

 

L'EXERCICE DE L'AUTORITE NE VA PAS DE SOI

J’aime donner comme analogie, celle du « devenir parent ». Le parent, tout comme le manager hérite d’un lot de responsabilités, les découvre, à mesure des jalons qu’il traverse. L’exercice de l’autorité ne va pas de soi. Il est souvent difficile de trouver dans son leadership, la juste harmonie entre co-construction et autoritarisme. Certains managers peuvent par exemple rapidement se laisser emporter par leurs affects et craindre que leur autorité ne soit remise en question. D’autres, ont encore du mal à faire la différence entre être respectés et être appréciés. En plus de ces questionnements internes, le manager doit aussi s’interroger sur la place qu’il a dans son organisation : quelles sont ses marges de manœuvre dans des règles du jeu qui ne lui ont pas toujours été explicitées ? 

 

UN JUSTE EQUILIBRE A TROUVER

Mon expertise clinique dans l’accompagnement des managers m’a alors appris qu’il était nécessaire de trouver le juste équilibre entre consultation et prise d’initiative. Tout comme pour l’exercice parental, l’exercice managérial demande que l’on sache où arrêter sa seule et unique implication, quand déléguer, tout en prenant la responsabilité de certaines décisions quand il le faut. Quand pour certains managers l’expérimentation suffira, pour d’autres l’accompagnement d’un expert – coach ou psychologue – facilitera cet apprentissage. En effet, ce qui se vit et se joue, entre directement (ou indirectement) en résonnance avec un passé et des croyances.

Par exemple, un manager qui souhaite contenter tout le monde et qui ne prend pas de décision de peur d’affecter quelqu’un a tendance à idéaliser ou dévaloriser son entourage, rendant tout collaborateur susceptible de passer du statut de héros à celui de minable et inversement. A la recherche d’émotions fortes, ce manager sera plus guidé par le désir d’être aimé plutôt que par la réalité opérationnelle.

A l’opposé, un manager autoritaire qui ne supporte pas de travailler avec des personnes fonctionnant différemment de lui est certainement doté d’une préoccupation narcissique exacerbée, rendant toute épreuve ou imprévus très insécurisants pour lui. Il a besoin de manager une équipe composée de personnes qui lui ressemblent, parce qu’il est nécessaire que tout le monde partage son point de vue, ce qui est rarement le cas dans la vraie vie… Sa relation aux autres peut en être affectée. Il peut éprouver de la colère lorsqu’on ne lui accorde pas les résultats qu’il attend.

Prendre conscience de ces prismes peut aider les managers à évoluer dans leurs façons de faire.

 

Amandine Nguyen est psychologue clinicienne du réseau Ma Vie en Mieux, elle accompagne managers et salariés par téléphone au travers de Packs individuels. 

Article extrait de notre Livre Blanc sur le Management Intermédiaire, téléchargeable sur ce lien.

 

JoomShaper